Eric Marsiam

Il fait ses études aux Beaux-Arts de Toulouse et à l’École nationale de Paris. Après avoir fréquenté la Grande Chaumière, il rencontre les frères Bram et Geer Van Velde. Ainsi, il fait la connaissance de leur ami Stanley William Hayter de l‘Atelier 17. Il obtient le diplôme national de gravure sous la direction de Hayter au début des années 60. Ex-professeur de dessin à l’Éducation nationale, Eric Marsiam se consacre à la peinture tout en exerçant le métier de décorateur de théâtre, notamment aux côtés de Jean Anouilh et Henry de Montherlant avec le Grenier de Toulouse et l’Opéra de Paris. Ce sont ses voyages à travers le monde – comme celui au Sahara, en Asie et au Sud de l’Europe – qui confèrent l’inspiration à ses œuvres peintes par thème. Style: Les débuts d’Eric Marsiam reposent sur le figuratif. Ses travaux avec l’Atelier 17 s’inscrivent dans l’abstraction en gravure. La « méthode Hayter » se caractérise par un processus d’impression simultanée des couleurs qui combine gravures en creux et relief afin de lier fond et forme. S’en dégage un jeu sur les transparences, les résonances de tons et les matières. De ce fait, Eric Marsiam véhicule à ces œuvres une grande qualité de perméabilité. Sans titre, ses créations permettent aux regardeurs de libérer leur arbitrarité. Faisant appel à la dialectique de la subjectivité, une relation co-productive nait entre l’artiste, les œuvres et les publics. L’absence d’herméneutique génère l’éveil des sens, l’extériorisation de l’imaginaire. La technique de la goutte en trompe-l’œil, résultat d’une réserve en gravure sur des plaques de cuivre avec de l’alcool et du pétrole entre autres, impulse le caractère poétique voire symbolique émanant des œuvres d’Eric Marsiam.

%d blogueurs aiment cette page :